logo porcheres transparent

 
diaporama

     

                                                                    

   Site officiel de la commune de Porchères   (Gironde)

Le gigantolithe de Porchères


Lorsque le visiteur du Musée d’Aquitaine commence sa visite, il peut être surpris par l’accueil que lui réserve la toute première vitrine. Y trône, magnifique, majestueux, un silex taillé « gigantesque », surtout lorsqu’on le compare à tous les autres outils en pierre taillée autour de lui. Il a été découvert à Porchères, au début des années 1980, au lieu-dit Chollet.

                                                                        

Silex3histoire

Gros silex de porchères






Vue de la première vitrine du musée d’Aquitaine et de son «gigantolithe » de Porchères

                                     

Après renseignements pris, il s’agit d’un moulage « à l’identique », l’exemplaire original ayant d’abord été conservé par son propriétaire, puis donné au Musée National de la Préhistoire aux Eyzies de Tayac.

Ce silex brun-blond taillé, qui pèse plus de 10 kg et mesure 52,4 cm de longueur, 21 cm de largeur et 8,4 cm d’épaisseur  n’a jamais fait l’objet d’une étude approfondie.

Il existe un article scientifique, publié dans la revue Paleo, n° 11, en décembre 1999, d’André Morala, intitulé « Grandes pièces arquées du magdalénien supérieur : Une nouvelle préforme de grand nucléus à lames découverte en Lot-et-Garonne » qui parle de cet objet.

De plus il existe une affiche, grand format, de l’International Flint Symposium, Vème colloque international sur le silex qui s’est tenu à Bordeaux du 27 septembre au 2 octobre 1987, organisé par l’Institut du quaternaire de l’université Bordeaux 1, direction des Antiquités préhistoriques d’Aquitaine. Et en plein milieu de l’affiche, en face avant, face arrière et profil, « trône » ce silex taillé, qui a dû être réduit en taille pour rentrer sur l’affiche ! Le dessin est de Jean-George Marcillaud.

La lecture de l’article d’André Morala nous apprend que : « Sur le territoire français on recense moins d’une vingtaine de « grandes pièces arquées », aussi appelées « préformes », « Nucléus mis en forme prêt au débitage laminaire », « coup de poing ».

Ces objets préhistoriques ont particulièrement intrigué et nourri l’imagination des archéologues du début du XXe siècle, qui leur ont donné des interprétations plus ou moins fantaisistes, voire totalement farfelues.

L’abbé Breuil fut l’un des tous premiers auteurs à considérer ces objets non pas sur le plan d’une utilisation directe et exclusive, mais pour une fonction différée, c’est-à-dire en tant que réserve de matière préparée pour une transformation ultérieure. C’est bien le concept de préforme de nucléus à lames qu’il proposa, en parlant « d’un nucléus préparé pour la taille, avec le dos d’une première lame prête à être enlevée ».

André Morala passe alors en revue plusieurs de ces objets et il finit par conclure « Enfin, une dernière préforme tout à fait exceptionnelle a été mise au jour, au cours des années 1970-1980, au lieu-dit « Chollet », commune de Porchères, en Gironde. Il semblerait que ce soit la plus grande « pièce arquée » découverte à ce jour.  Avec ses 53 centimètres de long, elle mériterait plus que nulle autre le qualificatif de « gigantolithe » de ses consœurs d’Europe centrale !

Au début des années quatre-vingts, cette pièce fut déposée par son propriétaire à la Direction des Antiquités Préhistoriques d’Aquitaine, où à l’époque nous avions pu la voir, grâce à l’obligeance de J. Ph. Rigaud, Directeur de la D. A. P. d’Aquitaine. Elle fut dessinée par les soins de J. G. Marcillaud. Sa représentation illustra, en 1987, les affiches du Vème Colloque International sur le silex tenu à Bordeaux. »

Voilà qui nous éclaire un peu.

Enfin, restait une question. Est-ce que ce silex, trouvé à Porchères était le plus gros jamais inventorié ? Le silex le plus gros… du monde ?

S’il est difficile de le savoir vraiment, le tableau de comparaison des caractéristiques de toutes les grandes pièces arquées étudiées par M. Morala est sans appel. C’est celui de Porchères qui dépasse tous les autres par sa taille et son poids.

Pour conclure, relisons ce qu’écrivait en 1939 Jean Ferrier dans son livre La préhistoire en Gironde à propos du « coup-de-poing » géant de Saint-Germain-la Rivière. (Donc à quelques kilomètres de Porchères, et du même côté de l’Isle et de la Dordogne.)

« En 1934, M. René Lépront de Libourne présentait à ses collègues du Libournais le coup-de-poing géant du silex blond, à patine blanchâtre épaisse d’environ 2 cm que nous avons pu observer et étudier à loisir, grâce à la bienveillance de notre collègue Bial de Bellerade conservateur du Musée de Libourne.

En voici les caractéristiques : longueur 43,5 cm ; largeur maximum 22,5 cm ; poids 7,750 kg.

Cette pièce aux dimensions extraordinaires [...] provient de la commune de Saint-Germain-la-Rivière où il a été ramassé, à 300 mètres du célèbre gisement magdalénien, par le grand-père de M. Dumas de la Roque, en même temps que le petit spécimen qui figure à côté de lui sur la gravure. A notre connaissance, il n’existe pas – du moins en France – d’instrument aussi volumineux et aussi lourd. Notre compatriote R. Lépront indique dans sa communication les fameuses découvertes du Vésinet (Seine-et-Oise) avec un outil de 1560 grammes et celle d’Indre-et-Loire concernant un objet semblable de 1700 grammes. Notre collègue A. Renard de Loches a décrit également dans le bulletin de la S. P. F., un coup-de-poing géant trouvé à la Brissonnière, commune de Varennes (Indre-et-Loire), aux caractéristiques suivantes : longueur 23 cm, largeur maximum 14 cm, poids 1700 grammes. Mais en 1935, au cours de notre courtoise discussion sur le Clactonien du Havre avec notre collègue linnéen Duteurtre, ce dernier nous a fait connaître qu’il avait trouvé, sur la plage du Havre, il y a seulement quelques années, un coup-de-poing en silex noirâtre aux caractères suivants : poids 1,8 kg ; longueur 30,2 cm ; largeur 11,5 cm, ainsi qu’une amande transformée en racloir d’un poids de 2150 grammes, aussi longue mais sensiblement plus large que la précédente.

D’autre part, l’abbé Breuil a recueilli au même endroit, un outil en grès, de forme semblable, pesant 4400 grammes, long de 28 cm et large de 17,5. Cependant, aucune de ces trouvailles, aussi intéressantes soient-elles, ne peut être comparée par sa taille à celle que nous sommes heureux de présenter à nos lecteurs. Le petit coup-de-poing moustérien originaire du même endroit mis à côté de son frère plus âgé que lui, accuse assez éloquemment les énormes proportions de ce dernier.

Après avoir à nouveau examiné cet outil, nous présentons les conclusions suivantes :

1° Il semble d’abord plutôt appartenir à l’acheuléen supérieur comme en témoignent à la fois l’enlèvement d’éclats de surface assez réduite les retouches plus petites et plus fines ainsi que la nature du tranchant rectiligne sur les deux bords.

2° Il a pu être utilisé à ce titre, et peut-être même comme racloir par son tranchant le plus courbe

3° Y aurait-il trop de hardiesse à supposer enfin que cet admirable objet de silex absolument intact, ait pu être une pièce votive au même titre que ces belles haches polies du néolithique ? »

Que dire après cela du « gigantolithe » de Porchères qui fait 10 cm de plus et pèse plus de 3 kg de plus ?


Précédent   Haut de page   Accueil

Porchere 021

Mairie de Porchères 37 Place Paul et Pierre Barrau 33660 PORCHERES Tel 05.57.49.61.52  Contactez nous par mail : mairie@porcheres.fr

Identifiez-vous  pour accéder à la partie privée du site ou le modifier  -   Mentions légales

Déconnexion.